Les troubles intestinaux & Ostéopathie

Les principaux symptômes des Troubles Fonctionnels Intestinaux (TFI) :

- douleur abdominale (signe le plus prédominant).

- troubles du transit et de la défécation, avec soit une constipation (moins de 3 selles par semaine), soit une diarrhée (plus de 3 selles par jour), soit une alternance des deux.

- ballonnements, fréquents.

Ces symptômes peuvent être accompagnés d’autres manifestations digestives (nausées, vomissements, mauvaise haleine, éructations, flatulences, démangeaisons anales etc.) ainsi que des manifestations extra-digestives (fatigue chronique, migraines, céphalées, palpitations, cystites chroniques, lombalgies chroniques, dyspareunies, syndrome prémenstruel etc.).

Les femmes ont deux fois plus de TFI que les hommes et ils semblent plus fréquents entre 30 et 50 ans.

Les causes des TFI :

Les scientifiques ignorent encore les causes réelles. Il existe cependant desfacteurs déclenchants : le stress, une personnalité anxieuse, une réaction inflammatoire aigue, des anomalies de contrôle de la douleur, une possible intolérance alimentaire, un terrain génétique particulier.

Les mécanismes d’apparition des TFI :

Quelque soit le facteur déclenchant, survient un phénomène inflammatoire sur la muqueuse digestive et/ou un étirement de la paroi et des fascias* correspondants. Il en résulterait des troubles de la sensibilité digestive et des troubles de la motricité entraînant constipation ou diarrhée et spasmes (*fascias : tissus de soutènement des viscères).

Traitements médicamenteux proposés:

Le traitement médical a pour objectif d’améliorer les symptômes en période de crise. Les médicaments utilisés sont essentiellement symptomatiques (antispasmodique, pro-biotique, laxatifs et fibres, ralentisseurs du transit, argiles etc).

Physiopathologie ostéopathique :

Les nocicepteurs* et leurs conductions nerveuses cheminent dans le péritoine et ses replis, aussi appelés fascias. Or la distorsion permanente des fascias engendre :

- une tension des voies nerveuses et vasculaires.

- des réponses plus ou moins adaptées provenant du cerveau.

- une restriction de mobilité des organes concernés.

Ces phénomènes entrainent une perturbation du fonctionnement des viscères, créant un cercle vicieux et une chronicité de la maladie. C’est cette mobilité viscérale et l’empreinte des dysfonctions imprimées dans les tissus que pourra ressentir la main de l’ostéopathe. Par conséquent, en redonnant une dynamique ostéopathique au tube digestif par l’étirement de ce système fascial, on pourrait exercer une action sur ces récepteurs, leurs voies nerveuses et donc sur la douleur viscérale. (*nocicepteur : récepteurs sensibles à la traction ou à l’étirement des organes).

Etude clinique ostéopathique portant sur les TFI :

Une étude clinique a réunis deux groupes de patients, un groupe « ostéo » et un groupe témoin « placebo ». Un traitement ostéopathique a été effectué deux fois à un mois d’intervalle sur le groupe ostéo et un traitement « placebo » a été effectué deux fois à un mois d’intervalle sur le groupe témoin. Un contrôle par questionnaire sur leurs symptômes digestifs et extra-digestifs est effectué avant chaque traitement et deux mois après la deuxième séance. Le traitement ostéopathique consiste en une détente des coupoles diaphragmatiques et une manœuvre globale viscérale. Le traitement « placebo » réside en un test crânien, tout en expliquant au patient les intérêts thérapeutiques de celui-ci.

Les principaux résultats de l’étude :

Parmi les résultats, le critère de jugement principal est la douleur abdominale mesurée grâce à l’échelle EVA graduée de 0 à 10. Le test statistique a montré une amélioration significative de la douleur abdominale chez les patients traités par ostéopathie par rapport au groupe placebo.

Autre résultat : l’évolution des ballonnements. La technique viscérale globale a fait évoluer la fréquence des ballonnements. 85% des patients traités en souffraient constamment. Suite au premier traitement ils ne sont plus que 60%, puis 45% après le second. Le test statistique montre une amélioration significative des ballonnements chez les patients traités.

Dernier résultat : l’évolution des troubles de transit. Pour le groupe traité, la constipation a nettement diminué après chaque séance ; passant de 45% à 30% puis à 20%. La diarrhée n’a pas évolué après la première séance (45%) mais a diminué après la seconde (20%). L’alternance diarrhée/constipation disparaît dans un premier temps pour réapparaître ensuite à son niveau initial (5%). Le test statistique montre une amélioration significative du transit chez les patients traités après le premier traitement mais pas après le second.

Discussion :

Les tensions faciales les plus fréquentes sont rencontrées au niveau de la racine du mésentère (63% des cas). C’est une zone réflexogène qui, lorsqu’elle est trop tendue, entraîne une dysfonction de l’intestin grêle.

Chez les patients sur lesquels la technique a été peu voir inefficace, deux aspects sont à prendre en compte.

- le premier aspect est physique : un peu plus de la moitié des sujets ont des cicatrices de chirurgie abdomino

-pelvienne. Ces cicatrices vont entraîner des fixations fasciales et viscérales engendrant des perturbations de type fonctionnel. Elles agissent comme de véritables épines irritatives nociceptives qui désorganisent le système nerveux central et entraînent un excès de tonus segmentaire par le système gamma. Un myélomère est facilité et provoque des dysfonctions récidivantes. - le deuxième aspect est neuro-psychologique. Les sujets atteints de TFI sont des personnes stressées (81%) angoissées (73%) dont les troubles ont commencé suite à un choc émotionnel. Lorsque le stress s’installe de façon chronique, les personnes vont de manière inconsciente crisper leur mâchoire dents serrées (63%). Cette réaction entraîne une sur-stimulation des récepteurs tactiles du nerf trijumeau dentaires. Ces derniers se projettent dans des régions riches et variées et ces projections peuvent engendrer des symptômes de type troubles fonctionnels digestifs, spasticité musculaire de tout le corps, céphalées, cervicalgies, douleurs des membres supérieurs, lombalgies, troubles oculaires ou auditifs, asthénie, troubles du sommeil etc.

Conclusion :

Au terme de cette étude, l’ostéopathie peut donc être considérée comme faisant partie des solutions thérapeutiques les plus appropriées des TFI (troubles fonctionnels intestinaux). En effet, l’acte manipulatoire viscéro-fasciale de cette technique permet un relâchement tissulaire, supprime les tensions fasciales, redonne une dynamique à l’ensemble du tube digestif et amène à une désactivation des mécanorécepteurs/nocicepteurs stoppant ainsi l’origine de l’influx douloureux.

Source : Revue Ostéo – Trimestriel – avril 2008 – n°78.

#digestion #ostéopathie #troublesdigestifs #constipation #ballonnement

Recent Posts
Search By Tags
Pas encore de mots-clés.
Follow Us
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
  • Wix Facebook page
  • Wix Twitter page
  • Wix Google+ page

© 2014 by  G. Huntziger